Agriculture urbaine

Agriculture urbaine et périurbaine

Au GDA Sidi Amor, le pôle de l’agriculture urbaine est composé de trois domaines : l’agroforesterie, les jardins potagers et la culture hors-sol. La notion d’agriculture urbaine, bien qu’ancienne, a récemment retrouvé sa place dans le discours public. La FAO définit l’agriculture urbaine comme « la culture de plantes et l’élevage d’animaux à l’intérieur et autour des villes pour fournir des aliments frais, créer des emplois, recycler les déchets et renforcer la résilience des villes au changement climatique ». 

Agroforesterie 

L’un des premiers objectifs du GDA a été de restaurer le paysage forestier dégradé du site afin de mettre en valeur son potentiel productif, récréatif et nourricier.

L’équipe a ainsi créé des parcours et des clairières aménagées en jardins forestiers thématiques qui se sont avérés d’excellents supports éducatifs pour les visiteurs.

Parmi les projets concernant la valorisation de la forêt périurbaine de Sidi Amor : la création d’un parc urbain ainsi que des jardins potagers collectifs accessibles aux particuliers avoisinants du site. 

Tunisie forêt
agriculture urbaine

Jardins potagers

Les terres de la montagne de Sidi Amor sont pierreuses et extrêmement pauvres, elles  nécessitent un certain nombre d’aménagements et d’intrants pour être productives. 

Grace à des travaux de stabilisation, de terrassement et de fertilisation des sols, des parcelles autrefois stériles sont devenues des terrains à haut potentiel agricole. 

Le GDA créé ainsi des terrains agricoles productifs dans des zones autrefois non productives, comme les collines ou les garrigues à flanc de montagne.

Depuis plusieurs années le GDA développe un jardin potager dans la perspective d’une autonomie alimentaire pour les permanents du site. Cette stratégie s’est révélée particulièrement intéressante lors du premier confinement en 2020.

Culture hors-sol

Grâce à de nombreux partenariats, notamment avec le Commissariat Régional de Développement Agricole CRDA de la région Ariana et la société berlinoise Terra Urbana, le GDA a mis en place une culture hors sol sous serre fonctionnant toute l’année. 

Cette ferme hydroponique utilise l’aquaponie pour cultiver des plantes à haute valeur ajoutée en termes de rendement, comme la menthe, la laitue, les framboises et les fraises. 

L’aquaponie est un système qui inclue un élevage de poissons, ici des tilapias, dans la filière de traitement. 

Dans ce circuit fermé, on remplit les bassins d’eaux usées traitées et distillées de tilapias, on enrichit ensuite cette eau avec du substrat et de l’oxygène.

Cette eau que l’on a enrichie par les déjections des poissons est ensuite acheminée vers les plants et assimilée par la végétation.

Cette méthode qui peut être entretenue toute l’année, a l’avantage d’économiser 90% de l’eau utilisée, car cette dernière est seulement consommée par évaporation. 

De plus, le développement du secteur d’agriculture hors-sol gagne en importance dans le domaine de l’agriculture urbaine, en particulier lorsque le terrain vient à manquer, notamment en ville. 

agriculture urbaine gda sidi amor