Ecoconstruction

L’écoconstruction en Tunisie

Bien qu’ayant toujours existé, l’écoconstruction en Tunisie a cédé la place, comme partout dans le monde, aux procédés et matériaux de construction modernes (briques, béton armé) comme matériaux de base. Afin de proposer des alternatives à ces procédés, l’entreprise d’écoconstruction du GDA Sidi Amor développe des solutions innovantes en utilisant des matériaux locaux et naturels tels que la terre (adobe, briques de terre compressée, pisé), la paille, la pierre locale maçonnée, taillée ou polie.

Des techniques alternatives

L’entreprise d’écoconstruction Sidi Amor assure la fabrication de briques de terre compressée stabilisée (BTC) utilisées dans les constructions pilotes du site et pour les besoins de projets de clients. Ces techniques alternatives sont accessibles au plus grand nombre et particulièrement bien adaptées au domaine de la construction en Tunisie où l’on remarque actuellement un intérêt croissant pour cette démarche, tant au niveau de l’administration, des institutions scientifiques qu’à celui des acteurs du bâtiment (promoteurs, artisans, industriels et société civile …). Mais le manque de projets pilotes est un frein considérable au développement du marché et à la mise en œuvre par les professionnels.

Une solution pour l’habitat social tunisien

Ces techniques permettraient à l’habitat social tunisien d’accéder aux normes de basse consommation énergétique et allègeraient l’empreinte écologique par une très faible consommation d’énergie et un transport réduit, contribuant ainsi à une réduction sensible de l’émission de carbone. D’autre part, le matériau, peu cher, est tout à fait adapté à la pénurie de logements dont souffre le pays et aux moyens très modestes d’une grande partie de la population.

Il est également à noter que le bâtiment, en tant que secteur à forte exigence de main d’œuvre, se positionne comme filière génératrice d’emplois et de revenus.

C’est pourquoi le Centre de formation de Sidi Amor propose un programme de formation visant la création d’emplois pour une frange significative de jeunes (diplômés ou non), par l’usage et la valorisation de la terre crue en tant que matériau de construction.