Gestion de l’eau

Eaux de récupération  

Le site Sidi Amor était à l’origine une colline sèche et aride, ce qui explique les paysages dégradés et en partie, la déprise agricole.

L’absence de toute ressource hydrique était un obstacle de taille pour notre projet de valorisation et a d’ailleurs justifié un avis défavorable initial des services du Ministère de l’Agriculture à l’encontre de notre initiative.

Les premiers essais de sondages, sous la tutelle des services techniques du CRDA Ariana se soldèrent par des échecs.

Fort heureusement ces contretemps n’ont pas découragé  le groupe qui s’est investi pour chercher des alternatives à ce manque.

C’est par le biais des eaux de ruissellement pluvial que nous avons pu assurer les premières étapes de notre projet concernant la gestion de l’eau. Cette traversée de désert d’environ 3 ans n’était pas sans difficulté; c’est pourquoi divers ouvrages de récupération furent réalisés, permettant d’assurer les besoins minimaux de plantations et actions du groupe. Mais des appoints étaient nécessaires durant les périodes sèches, ces appoints étant amenés régulièrement par des citernes mobiles.

Eaux de la nappe

En 2008 et à la faveur d’une réévaluation des ressources de la nappe, réalisée cette fois-ci par le service central du Ministère de l’Agriculture et des ressources hydriques, un sondage a permis d’accéder à une ressource en eau de très bonne qualité. Même si son débit était faible 3l/s, la ressource a permis, en utilisant diverses techniques d’économie, d’assurer les besoins du domaine.

Pompage

Le pompage du sondage (profondeur 100m) est assuré par énergie solaire. Il s’agit d’une acquisition financée par le Fonds Suisse de l’Environnement (projet FEM/PNUD d’encouragement à la pépinière du GDA et à ses travaux de reboisement du site). Refoulée à travers ce pompage solaire vers un réservoir, l’eau est par la suite acheminée par gravité pour les divers besoins d’irrigation.

Modes d’irrigation économique

Outre les modes classiques d’irrigation économe, le groupe ne cesse de multiplier les gestes d’économie en eau : goutte à goutte, paillage contre l’évaporation, etc…De plus, l’un de nos prochains projets consistera a irriguer en souterrain, ce mode fera l’objet d’une application expérimentale aussi bien par les eaux de nappe que par les eaux usées et traitées (EUT).

Eaux non conventionnelles

Le site comportait une ressource hydrique non conventionnelle (bassin de stockage d’eaux usées et traitées) qui ne faisait que transiter dans le site pour aboutir à quelques kilomètres, au niveau d’un périmètre agricole dédié à la réutilisation de ces EUT.

Ce bassin d’eaux usées débordait régulièrement et déversait ses eaux partiellement filtrées dans le périmètre du GDA occasionnant dégradation et pollution, ce qui obligea le GDA à entreprendre des travaux de canalisation de l’oued creusé par ces eaux de ruissellement.

Le GDA a consacré à cette ressource inutilisée une série d’actions de sensibilisation et de réflexion et a réussi à mobiliser plusieurs partenaires institutionnels et financiers pour valoriser cette ressource et en promouvoir l’utilisation. Cette mobilisation a abouti au projet du Site Pilote Sidi Amor de Valorisation des EUT.